" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
A la plume des mots

A la plume des mots

Des Mots, des Pensées … qui voilent chaque instant de sens.

Entretien avec la Vie.

Entretien avec la Vie.

Je ne savais pas que j’avais des yeux jusqu’au jour où ton rayon avait déchiré ma nuit et illuminé mon visage, c’est alors que j’avais su que le vert était vert, que mon sang était rouge et que la lumière du jour existait, moi la graine plantée dans une mauvaise terre et arrosée d’une eau souillée, je n’avais vu que le noir des ténèbres, je me croyais seul dans mon monde, ma solitude, mon existence n’avaient de sens et mes questions sans réponse.

J’ai suivi ton rayon là où mon regard ne porte plus, puis ma curiosité m’a fait faire un pas puis un autre, je ne regardais plus derrière moi, mon ancienne terre était déjà du passé pauvre, sans souvenirs et sans goût, j’ai été vers les autres, je les ai observés et dans cette foule, j’ai vu une mare s’élever à un océan et un arbre mourir de soif à ses côtés, j’ai vu une montagne faite de petites pierres, j’ai vu un orphelin venir au monde, j’ai vu une feuille tombée et une autre éclore, sa beauté apaise les peines des êtres perdus, j’ai alors découvert une saveur agréable, si douce et si ardente que souvent, sa brûlure me faisait souffrir, mais à peine guéri que son ivresse m’appelait déjà, c’est la vie, elle avait tant de couleur et tant de douleur.

Dans cette vie, j’ai aimé avec passion, j’ai aimé sans passion, j’ai aimé le cœur et la chair, mais j’ai aussi détesté et haï à tel point que je me suis noyé dans cet océan de sentiments, alors par pudeur, je me retirais dans mon noir pour pleurer mes chagrins, mon noir, je le regrettais parfois, il était froid, silencieux, mais il était là, je ne souffrais ni de son absence ni de ses paroles, il était juste le reflet de ma solitude, ce drap complice des amants que le jour accuse de mille crimes, était pour moi celui qui m’a vu naître, grandir, dans le silence, il avait vu mes joies et dans l’indifférence mes peines et sera là aussi à ma mort.

Cette vie, cette sirène qui défile sans un regard et au pas langoureux son doux parfum enivrant m’appelle, j’ai essayé de la retenir en vain, alors je l’ai questionné

-N’aimes-tu pas les Hommes ?

Les créatures se sont tues, je n’entendais que le bruissement du vent sous les arbres que les murmures des feuilles avaient trahis, soufflés entre les montagnes et dans les plaines m’apportant la réponse.

-Les Hommes ont choisi leurs montures en sellant le rêve, le songe et tout ce que leurs cœurs avaient désiré, ils ont accompagné le temps dans une existence de pierre alors que l’univers est vivant, ne sais-tu pas que l’abeille pleure la mort de la rose et que l’horizon pleur l’oiseau qui tombe, cette feuille que la terre appelle dans une nuit d’automne sur le sol la neige de l’hiver la couvrira, un peu d’elle reviendra au printemps pour couvrir les Hommes du soleil de l’été, cette beauté comme un hymne qui s’annonce à l’univers dans la magie d’un ciel paré de bleu, orné d’étoile et que la lumière du soleil et l’étincellement de la lune admirent.

-Tes mots sont si justes, mais je ne sais comment te nommer, je ne sais comment t’appeler, tu n’es ni triste ni souriante ni jeune ni vielle, je ne distingue pas en toi la bonté, mais la cruauté ne t’appartient pas, arrête-toi pour que je te voie, je sais que tu es là et que la terre et le ciel t’entourent, pourtant, en toi mon âme retrouve son repos si tu veux être mon bonheur et mon malheur, je resterais à tes côtés, il n’y aura point de mon existence un jour où je ne te retrouverais pas, j’ai longtemps prié mon front à terre attendant d’entendre ta voix sortir de ton silence.

-Ne me vois-tu pas, vous venez donc à ce monde aveugle et vous le rester, pourtant paré de toute cette magnificence, j’y suis éternelle et vis dans le silence, j’accompagne le temps qui traverse les âges, j’ai des enfants sans nom que j’ai vu naître, grandir puis mourir sans avoir de larmes à leur dédier, ainsi sont les choses, la légende d’un extraordinaire magicien à l’art étrange représenté par les vivants sur les planches d’un théâtre derrière un rideau, ainsi, a été écrite cette représentation.

Je ne sais toujours pas comment la décrire, la peur a laissé place au désordre dans mon esprit, je suis écrasé devant cette grandeur, mais j’ai besoin de tant de réponses à mes questions. J’ai attendu que les mots cessent d’atteindre mon cœur pour reprendre mon souffle de cette étreinte aux parfums d’une mère bienveillante.

Le silence du temps qui s’arrête s’interrompt par la fraîcheur d’une goutte d’eau qui me fait ouvrir les yeux, je m’étais assoupi sous un arbre au bord d’un ruisseau, devant, la terre verdoyante s’étend vers sa rencontre avec le ciel et au fond une montagne majestueusement assise garante des lieux, l’aube souriant annonce un jour nouveau, les oiseaux le fêtent et se préparent à voler vers l’horizon, les premiers rayons de soleil se fraient un chemin sur cette terre qui lui donne un air de bonheur, j’observe le soleil qui s’étire vers le ciel, je suis face à cette œuvre ou tout y est doux, frais, un émerveillement qui succède à un autre émerveillement, cette œuvre dure depuis des millénaires et on ne s’y accoutume jamais.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

flounna 10/01/2017 05:01

magnifique

A M 10/01/2017 15:29

Merci, j’espère pouvoir toujours a la hauteur de vos attentes.

A M 02/12/2016 23:58

merci a vous Michael d'accepter mon adhésion dans la communauté des sages .
vos questions suggestions et commentaires a mes écrits et histoires sont les bienvenus.

Michael 02/12/2016 16:16

Je vous souhaite la bienvenue dans la communauté des Sages.

A M 03/12/2016 01:03

merci a vous Michael d'accepter mon adhésion dans la communauté des sages .
vos questions suggestions et commentaires a mes écrits et histoires sont les bienvenus.

xafis 10/11/2016 15:34

Superbe texte, bravo et bonne continuation.

A M 11/11/2016 18:40

Merci.

Alouette 07/11/2016 22:50

Lire ce texte cela nous fait plonger dans un monde de sérénité !! Bravo pour l'auteur de ce chef-d'eouvre magnifique

A M 08/11/2016 08:11

Il y a une suite a cette histoire, le personnage effectuera un voyage a travers les lieux de son enfance et sa jeunesse.
Merci.